Choisir son compresseur pour nettoyer son ordinateur

Une question qui revient souvent, et qui en soit est assez importante (la longévité de nos machines en dépend tout de même un peu) portée sur le nettoyage de son matériel : Comment s’y prendre ? Quels outils choisir ? Est-ce une bonne chose d’investir dans un compresseur ? Voyons ça de plus près…
A noter que je présente ici une façon un peu onéreuse pour nettoyer son équipement, mais cet article a aussi pour but de sensibiliser le monde sur l’entretien de ces machines, qui restent assez chères et importantes dans notre société.

 

Dépoussiérer mon ordinateur, comment m’y prendre ?

J’ai pu essayer plusieurs façons de procéder, allant de là plus chère (compresseur) à la moins chère (le pinceau), même en passant par la bombe d’air sec. On pourrait dire que chacune a ses avantages et ses inconvénients, même si à mes yeux vous l’aurez compris, le compresseur reste l’outil le plus intéressant. Le choix de la solution dépendra forcément de plusieurs choses : votre budget, l’usage des outils en dehors du nettoyage, l’encombrement, votre patience ou le temps que vous pouvez consacrer à cette tâche… Un bref point sur ce que j’ai pu essayer :

  • Le pinceau en poils synthétiques : simple, très abordable, peu de risques d’abîmer quelque chose en dépoussiérant son précieux matériel. Le principal souci : c’est diablement long, il faut tout démonter (on fait donc travailler certaines pièces en désassemblant / assemblant de nouveau les différentes parties. Et en toute logique il faut tout de même éviter de faire ça dans son habitation. Il est possible de réutiliser le pinceau pour nettoyer d’autres choses par la suite.
  • La bombe d’air sec plus chère, pas éternelle. Possiblement dangereux pour l’électronique : on est pas à l’abri de faire une fausse manipulation et de projeter du gaz liquide sur une pièce, en voulant être trop méticuleux et bien faire. Il n’est pas possible de s’en servir trop longtemps sans faire des pauses : en effet le gaz qui se détend va refroidir la bouteille et créer du givre au niveau de la buse, cela peut être dangereux. De plus le débit d’air en sera réduit, donc moins efficace…
  • Le compresseur, qui à mes yeux a très peu d’inconvénients, et qui est la solution que je vais détailler dans cet article. Cela demande toute de même un certain équipement. Alors que les autres solutions sont « douces » le compresseur va créer de véritables nuages de poussière selon l’état du matériel. Il est donc nécessaire de se protéger les yeux ainsi que les voies respiratoires, et possiblement les oreilles si il y a beaucoup d’équipement à nettoyer. Et c’est inenvisageable de le faire dans une pièce où l’on vit.
    Un gros avantage : laisser tout de brancher sur la carte mère évite que de la poussière se dépose dans les différentes connectiques que vous utilisez. Hey oui !

J’ai aussi pu « m’amuser » à souffler à la paille pour compléter le nettoyage au pinceau / la bombe d’air sec, mais cela reste tout de même assez peu recommandé. L’air que l’on expire contenant beaucoup d’humidité, on peut très bien faire tomber des goûtes de condensation qui viendraient se former dans la paille. De plus il est probable que notre souffle soit suffisant pour « légèrement » coller la poussière sur le matériel. Bref, à utiliser vraiment avec parcimonie (par petite touche !).

 

Choisir un compresseur avec beaucoup de pression ? Faut un masque ?

Fiche technique compresseur sans cuve Quartz

Caractéristiques de mon compresseur sans cuve, de marque Quartz.

Choix du compresseur

Commençons par étudier le plus important, le compresseur. Premier point important, le compresseur devra être sans cuve (without tank), et sans huile (Oilless). Pourquoi donc un réservoir serait-il problématique dans notre situation ? Vous n’êtes pas sans savoir que notre air est chargé en humidité, tout comme notre respiration. A l’heure ou j’écris ces lignes, j’ai 50% d’humidité dans mon studio, et ça monte facilement à 80% quand je me fais du riz ou des pâtes, bref. Tout comme avec mon histoire de paille, de la condensation pourrait très facilement se former et être pulvérisée sur notre matériel. D’ailleurs à ce propos les compresseurs avec une cuve ont tous une valve dans leur fond pour la purger. Il en va de même pour l’huile : le but n’est pas de lubrifier notre processeur ou notre ram avec des résidus qui seraient pulvérisés.

Un autre point qui est important, la pression de notre compresseur, y’en faut tout de même un peu.

J’ai vu plusieurs fois cette question qui revenait, en effet c’est nécessaire, tout comme pour un nettoyeur haute pression, cela va définir la capacité de l’appareil à déloger la poussière. Il sera question de 8 Bar pour un compresseur sans cuve généralement. Il faut également avoir un débit d’air suffisant. Pour mon compresseur, le débit d’air restitué (expulsé donc) est de l’ordre de 90 Litres par minutes. Ce qui me semble respectable pour nettoyer avec une soufflette du matériel informatique.
Un exemple concret d’engin qui va souffler beaucoup d’air mais qui aura peu de pression : une pompe électrique pour gonfler les matelas. Une pompe pour matelas va envoyer 440 litres par minutes, mais au final, avec peu de pression (on veut les gonfler vite, mais pas les faire exploser). Il faut donc un certain équilibre entre les deux.
Que ce soit pour la pression ou le débit d’air, il faudra de toute façon viser des modèles à plus de 300 euros pour des performances supérieures.

La sortie de la soufflette va également jouer, une sortie plus petite va canaliser le jet d’air et permettre de nettoyer plus efficacement. Tout comme quand on bouche en partie un robinet avec un doigt et qu’un puissant jet d’eau se forme. Voici une photo de celle qui était fournie avec l’appareil :

On constate bien que la sortie est assez étroite, ce qui à mon sens est un gros plus pour le nettoyage avec un petit compresseur.

A retenir sur la pression :
Pression exprimée en Bar, débit exprimé en Litres par minutes. La pression est une force exercée sur une surface, le débit est une quantité qui se déplace.

  • Un exemple de gros débit d’air avec peu de pression : une pompe électrique pour matelas.
  • Un exemple de forte pression avec un faible débit : découpe d’acier au jet d’eau.
  • Pour un diamètre de sortie similaire, l’augmentation de la pression va forcément accroître le débit.

Choix des protections

Nous venons donc de « faire le tour » de sa présentation. A ça il faudra ajouter : des lunettes de protection, afin de ne pas se retrouver avec les yeux pleins de poussière, et un masque pour protéger les voies respiratoires. Pour les usages intensifs, je ne saurais que trop conseiller un masque avec une jointure sur le visage (si possible un masque de type FFP3, moulé et avec valve, qui filtre très bien les poussières). Il est possible d’en trouver des jetables pour 4 euros (qui sont prévu pour supporter 8h de travail en ambiance très poussiéreuse). Et éventuellement, toujours dans le cas d’un usage intensif, une protection auditive. (Le compresseur fait tout de même 97 dBA).

Compter quelque chose comme 65 euros pour le compresseur, 4 euros pour les lunettes, 5 pour le masque. Et 3 pour des bouchons d’oreilles réutilisables. Ce qui nous fait près de 77 euros si on veut être équipé et bien se protéger. En sachant que les lunettes et le compresseur pourrons servir pour bien d’autres choses !

 

Le nettoyage, comment procéder

Alors que cela peut sembler très simple de nettoyer son matériel avec son compresseur fraîchement acquis, il faut à mon sens tout de même faire attention. J’ai pu constater que même si le compresseur est vendu sans système de lubrification (sans huile donc) il sort tout de même d’usine. De par ce fait peut-être que certaines pièces ont été lubrifiées pour en facilité l’assemblage, ou les protéger durant le stockage. Ca ne se verra pas de suite, pour ma part j’ai pu constater ça quelque après une dizaine de minutes : le moteur chauffe (beaucoup), le lubrifiant se fluidifie, et à ce moment là des projections peuvent se faire (en fait il y avait même un filet de fumée constitué d’huile). Quelle est la solution ? Tout bonnement s’en servir un peu dans le vide, et prendre soin de « purger » le jet d’air avant chaque usage vers votre matériel.

Comment ça le purger ? Tu te fous de moi ! Y’a pas de cuve !

Vous le constaterez dans l’usage : le tuyaux fait office de cuve. Lorsque l’on relâche la gâchette de notre soufflette, une certaine pression va apparaître. Ce phénomène est mis en évidence au moment d’envoyer de nouveau la sauce, le débit et la pression sont légèrement augmentés. Il suffira alors de braquer le pistolet dans le vide afin de projeter les quelques goûtes de lubrifiants à côté (ou vers votre main, un linge… pour ne rien salir autour de vous). Le temps que le compresseur s’éclaircisse la voix (il faudra faire attention à ça à chaque fois que l’on relâche la gâchette, durant les premières utilisations.)

Attention aux ventilateurs !

Ce sont des pièces fragiles, les ventilateurs. Il serait très probable que les mécanismes s’abîment (rotation trop rapide, sens contraire à celui accepté par le ventilateur, rotation hors charge…) c’est pour quoi il est préférable de les bloquer, avec un tournevis par exemple. C’est suffisant pour retenir les hélices, et pratique pour accéder à ceux qui seraient un peu cachés (comme un ventilateur d’alimentation électrique).

Nota Bene

Je l’ai déjà dit mais le moteur chauffe, vraiment. Je n’ai pas suffisamment utilisé de tels compresseurs pour conseiller une durée maximale d’utilisation. Je ne pense pas que ce soit fait pour des travaux trop intensifs. Je ferais éventuellement des tests sur ce point si l’article fonctionne bien et que des gens sont curieux à ce sujet. Ceci étant, ça me coûterait quand même 65 euros de plus, alors inutile de dire qu’il va falloir partager l’article à fond pour me motiver à fumer un compresseur neuf ! 😀

 

Lu 2 877 fois

2 réflexions au sujet de « Choisir son compresseur pour nettoyer son ordinateur »

  1. Bonjour,
    J’ai voulu acheté un compresseur d’air aujourd’hui à 6 barres le vendeur m’a dit de ne pas le faire si je ne voulais pas faire tout sauter dans l’ordinateur est-ce vrai ? Du coup, pas acheté !!!
    Quelle matériel puis-je acheter pour nettoyer l’intérieur d’un ordinateur, clavier etc…
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement
    Catherine

    • Bonjour à vous Catherine,
      pour ma part comme je le présente dans l’article, un compresseur peut parfaitement faire l’affaire (il faudra simplement penser à bloquer les ventilateurs, via un tournevis par exemple) car les roulements pourraient s’abîmer en tournant trop vite ou dans le mauvais sens. J’ai un compresseur de 8 bars et ça convient très bien. Il faudra aussi tenir compte du fait que la poussière va voler partout (donc à faire dehors, dans un garage…)

      Cependant il est tout à fait possible d’utiliser une simple bombe d’air sec avec un pinceau en poils naturels, mais cela demande de démonter d’avantage de pièces. (et prend un peu plus de temps).

      Pour le clavier, que ce soit au pinceau ou au compresseur, il faudra l’ouvrir afin de retirer ce qui tombe entre les touches généralement. Sinon pour le dessus du clavier, j’ai pour habitude de frotter les touches avec une petite brosse synthétique quand il y a des dépôts de poussière + transpiration. Une brosse à dent conviendra très bien. Il faut simplement un peu de patience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *